Nous quittons le camping au sud de Cambridge, atteint péniblement la veille après une étape de 10,5km (Pour ceux qui n'auraient pas suivi). Le ciel est à peine voilé.

P1180018_1

 Un nouveau panneau un peu étrange nous a avertis d'un danger que Caticolo a préféré contourner.

P7270133_1

 

Ford = gué! Inutile de vérifier dans le dictionnaire. M Poecolo, plus audacieux, se lance. Mal lui en prend car la route inondée est recouverte d'une fine couche de mousse qui a tout du verglas. Il réussit malgré tout à traverser sans perdre l'équilibre 

P1180172_1

 

Pour se remettre de ces émotions, rien de tel qu'un petit café en lisant le Times dans un pub tout ce qu'il y a de cosy.

P7270134_1

 

 Le hic, c'est qu'en ressortant, le ciel s'est assombri et quelques minutes plus tard, il tombe des cordes.

P7120068_1

 

Quand les cabines téléphoniques ont été transformées en bibliothèque, il reste toujours les abris bus pour se protéger!

P7270135_1

 

L'averse finit par passer. Il ne reste plus qu'à essuyer les lunettes pour repartir.

P7270137_1

 La route est bien mouillée et c'est encore un peu couvert. Mais nous avons trop chaud à grimper avec les vêtements de pluie.

P7270139_1

 Mais à peine 10mn après l'averse, le soleil revient et c'est en T-shirt que nous atteignons Bishop's Strotford après 45 km. Nous ne sommes pas pressés. Nous avons décidé d'arriver à Londres dimanche soir. Pour deux raisons. La première, l'ambassade est fermée le week-end. La seconde, la ville sera fermée aux voitures pour cause d'épreuves cyclistes. Nous entrerons à Londres le jour où le vélo sera roi. Génial non?

P1180183_1

 Au fait, la première à avoir donné le nom du cycloflaneur ayant perdu sa carte d'identité est Taï. Il s'agit de ... CATICOLO. Oui! Vous avez bien lu : CATICOLO. Carrément incredible!!!

 Thaï recevra pour la peine un sac décoré d'un piqué libre réalisé en personne par l'étourdie du voyage.